BWV 26   Hélas, combien éphémère, combien vaine
1. Choeur
Corno col Soprano, Flauto traverso, Oboe I/II, Violino I/II, Viola, Continuo
  Hélas, combien éphémère, combien vaine
Est la vie humaine!
Naissant comme le brouillard
Qui bientôt se dissipe,
Voyez, ainsi va notre vie!
2. Récitatif T
Flauto traverso solo, Violino solo, Continuo
  Aussi hâtivement que les eaux mugissantes
S'écoulent les jours de notre vie.
    Le temps passe, les heures s'enfuient
    Semblables aux gouttes qui soudain se fractionnent
    Lorsque tout descend à l'abîme.
3. Récitatif A
Continuo
  La joie se transforme en tristesse,
La beauté se flétrit comme une fleur,
La plus grande force devient faiblesse,
La fortune change avec le cours du temps,
C'en est bientôt fait de l'honneur et de la renommée,
La science et toutes les créations de l'esprit humain
Sont finalement anéanties par la tombe.
4. Air B
Oboe I-III, Continuo
  Attacher son coeur aux trésors terrestres
C'est là une tentation de ce monde insensé.
    Que les flammes dévorantes naissent avec facilité,
    Que les flots bouillonnants mugissent et se brisent
    Jusqu'à ce que tout retombe anéanti, en ruines!
5. Récitatif S
Continuo
  La plus haute splendeur et magnificence
Est finalement recouverte par la nuit de la mort.
Celui qui trôna semblable à un Dieu
N'échappe pas à la poussière et à la cendre,
Et lorsque sonne sa dernière heure
Et qu'on le porte en terre
Et que s'écroulent les assises de sa grandeur,
Il sombre entièrement dans l'oubli.
6. Choral
Corno e Flauto traverso e Oboe I/II e Violino I col Soprano, Oboe III e Violino II coll'Alto, Viola col Tenore, Continuo
  Hélas, combien éphémères, combien vaines
Sont les choses humaines!
Tout, absolument tout ce que nous voyons
Doit s'abîmer et disparaître;
Mais celui qui craint Dieu demeure éternel.


Besetzung   Soli: S A T B, Coro: S A T B, Corno, Flauto traverso, Oboe I-III, Violino solo, Violino I/II, Viola, Continuo
Entstehungszeit   19. November 1724
Text   1,6: Michael Franck 1652; 2-5: Umdichtung eines unbekannten Bearbeiters
Anlass   24. Sonntag nach Trinitatis
Diskussion   Aryeh Oron Julian Mincham

Bach Cantata Page